Besoin d’aide ?

Considérez cela comme une source de solution à tout. Les ministres volontaires apportent des outils d’amélioration dans les villes. Les droits de l’homme — tout le monde est invité à participer à la lutte contre l’inégalité et les violations des droits. Le chemin du bonheur aide des individus et des nations entières avec cette boussole pour une vie meilleure. La vérité sur la drogue — rien à ajouter. Narconon est très performant pour ce qui est de mettre fin à la toxicomanie. Des anciens détenus réinsèrent la société via Criminon. Applied Scholastics : Améliorer l’éducation et l’apprentissage

MINISTRES VOLONTAIRES

volunteerministers.org

TOUS UNIS POUR LES DROITS DE L’HOMME

humanrights.com

ASSOCIATION DES JEUNES POUR LES DROITS DE L’HOMME

youthforhumanrights.org

LA COMMISSION DES CITOYENS POUR LES DROITS DE L’HOMME

cchr.org

LE CHEMIN DU BONHEUR

thewaytohappiness.org

LA VÉRITÉ SUR LA DROGUE

drugfreeworld.org

NARCONON

narconon.org

CRIMINON

criminon.org

APPLIED SCHOLASTICS

appliedscholastics.org

PUBLIÉ PAR
l’église de Scientology internationale
depuis 1968
PARTAGER

les droits de l’homme

Un sommet international au nom des droits de l’homme

Un sommet international au nom des droits de l’homme
Un mouvement de jeunes Des délégués de 41 nations ont participé au sommet international des droits de l’homme à l’ONU.

« L’humanité est en péril », déclare Rahaf, un jeune délégué d’Arabie Saoudite au 13e sommet international annuel des droits de l’homme tenu au siège de l’ONU à New York en août 2016. « On nous sépare, on nous étiquette à cause de notre religion, de notre race, de notre sexe et de notre nationalité. Notre unité repose sur notre humanité, enchaîne-t-il. C’est notre devoir d’enseigner et de promouvoir la Déclaration universelle des droits de l’homme et de la mettre en pratique. »

Rahaf était l’un des 72 jeunes hommes et jeunes femmes de 41 pays qui ont été choisis comme délégués au sommet, sommet établi par Des jeunes pour les droits de l’homme international (YHRI), la branche pour jeunes de Tous unis pour les droits de l’homme, une association internationale à but non lucratif.

Fondée à Los Angeles en 2001, YHRI réunit maintenant plus de 100 groupes et distribue ses supports pédagogiques primés dans 195 pays en 21 langues. Les jeunes membres, qui sont les directeurs des différentes antennes, organisent des activités en faveur des droits de l’homme dans de nombreux pays.

Bien sûr, aucun pays n’est à l’abri des violations des droits de l’homme. En fait, le nouveau film du cinéaste Ronald Lang, qui en parlait devant les délégués et plus de 400 invités, dénonce les horreurs du trafic humain, qui, selon son directeur, « se déroulent dans le monde entier, même sous notre nez, ici à New York, et il faut qu’on y mette fin ».

Dans cette optique et aussi pour faire arrêter d’autres violations des droits de l’homme, les délégués ont présenté leurs travaux devant leurs homologues, des dizaines de diplomates de missions permanentes de l’ONU — représentant des nations aussi nombreuses que variées : Australie, Costa Rica, Danemark, Liban, Liberia et Pologne entre autres — et divers grands noms des droits de l’homme.

Il se peut que d’innombrables personnes dans le monde ne sachent même pas que leurs droits sont enfreints.

Vineet Kapoor, conseiller pour les questions de police et aide de camp du gouverneur de l’État de Madhya Pradesh, en Inde, a dit que les gens qui font face aux plus grands risques sont ceux qui « font du travail forcé et qui sont exploités, ceux dans des industries de nature dangereuse, ceux qui sont des proies vulnérables pour le trafic humain, ceux qui n’ont pas bénéficié d’un enseignement scolaire ou universitaire … ceux qui vivent dans des conditions d’extrême pauvreté et de privation et ceux qui n’ont pas le soutien d’une famille et d’un groupe ».

Miriam, la déléguée arménienne, préconise que les gens forts parlent « pour ceux qui ont été réduits au silence, ceux qui ne veulent pas parler de peur d’être persécutés. On doit apprendre à accepter nos différences au lieu d’essayer de faire concorder tout le monde au même moule ».

Avec ce but en tête, et des supports pédagogiques Des jeunes pour les droits de l’homme pour le réaliser, les délégués sont rentrés dans leur pays pour continuer leur mission en 2017.