PUBLIÉ PAR
l’église de Scientology internationale
depuis 1968
PARTAGER

les droits de l’homme

Un homme seul peut créer le changement

Zakaria El Hamel

Beaucoup de gens pensent qu’ils ne peuvent pas améliorer le monde parce que leurs revenus sont modestes ou qu’ils n’ont pas les contacts qu’il faut. Zakaria El Hamel, cependant, ne fait pas partie de ces gens-là.

Zakaria possède un taxi au Maroc, dont il partage la recette mensuelle avec le conducteur. Zakaria, par conséquent, n’est pas riche, et pourtant il a vraiment fait un monde meilleur en décidant de s’y mettre, et en fondant l’association La jeunesse pour la paix et le dialogue entre les cultures (YPDC) et en jouant un rôle de premier plan pour l’association marocaine Des jeunes pour les droits de l’homme (YHRI).

C’est quand il a assisté au septième sommet international des droits de l’homme à Genève en 2010 qu’il a découvert la documentation et les supports pédagogiques de YHRI.

Étant bien conscient que les gens doivent pouvoir diffuser et recevoir des informations librement, Zakaria dit : « Au Maroc, les médias sont très contrôlés. Ils sont contrôlés par la monarchie, ce n’est que ce qu’ils veulent voir dans les médias qui est imprimé. Donc, ce droit de l’homme n’est pas bien appliqué à tous. » Pour combattre ce problème, Zakaria s’est aligné sur l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN) et a animé des ateliers appelés « Le droit à la vie privée » et « Le droit à l’information. »

« Le gouvernement au Maroc a peur des droits de l’homme », précise Zakaria, et pourtant, pour provoquer le changement, lui-même et les membres de sa YPDC suivent des conférences des droits de l’homme trois ou quatre fois par mois. « Maintenant que j’ai la documentation de YHRI, je la leur montre, pour qu’ils voient qu’il y a des outils qui leur permettraient de changer d’approche dans leur transmission des informations sur les droits de l’homme. … Je peux changer les mentalités, et puis ils apprennent ce que sont les droits de l’homme, et ils les veulent », dit-il.

En 2016, Des jeunes pour les droits de l’homme a rejoint l’organisation marocaine pour les droits de l’homme afin d’enseigner la dignité et le respect des droits de l’homme aux jeunes du Maroc.